vendredi, 13 décembre 2019|

0 visiteurs en ce moment

 

Les usages politiques du football

Qui n’a jamais eu l’impression que le monde des hommes politiques était maintenant devenu comme une suite de matchs, avec ses finales, son championnat, ses supporters (lors des campagnes) relevant du même traitement médiatique que le football ? Qui ne voit pas que le football n’est pas seulement un sport mais qu’il est aussi surinvesti d’enjeux politiques et de pouvoir ? Le président n’est-il pas un pdg, l’entraîneur celui qui « fait tourner la boîte » et les joueurs des marchandises du mercato ? La structure de pouvoir du football ne serait-elle pas faite pour renvoyer et renforcer celle des entreprises et les « peuples » du football faits pour insuffler de l’unité aux nationalismes qui s’essoufflent ? Cependant ce sport n’aurait-il pas aussi la capacité par ses enchaînements de gestes, ses stratégies, ses héros, sa plèbe, son événementialité, de donner à vivre et penser quelque chose de la politique ? Si le football est traversé par la politique n’est-ce pas aussi parce qu’il y a en lui quelque chose qu’il partage avec la politique ? En cet été de post-coupe-du-monde il sera donc d’actualité de se poser à chaud ces questions et celles qui viendront, à n’en pas manquer, de ce qui s’est passé au Brésil.

 
A propos de "Les usages politiques du corps". Université d’été du 25 au 30 aout 2014 en Albanie.
New ethnic identifications are not created out of nowhere nor are they natural appearances of historic roots but usually follow a certain strategy which fulfills certain needs. One of the needs can be the avoidance of racist stereotypes. This is the case with Egyptians and Ashkali who try to (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS
Thèmes